Être pour l'autre

École & Collège Notre Dame de Lourdes

Notre Dame de Lourdes de 1927 à…..

En 1927, il existait une école paroissiale qui se  situait au 159, rue de Ménilmontant, face au 140.

Le curé de l’époque avait des difficultés pour la faire vivre.

Dans ce même temps, Annette CHOBILLON, fille d’une famille très intégrée dans la paroisse de ce quartier de Ménilmontant, avait le rêve d’ouvrir une école primaire sur ce quartier populaire. Elle alla trouver les sœurs de la Congrégation Notre Dame, Chanoinesses de Saint Augustin, rue de Ponthieu, dans le 16ième arrondissement, là où elle avait fait ses études. Elle les supplia de venir rencontrer le curé qui était prêt à offrir un local paroissial.

C’est ce qui se réalisa le 7 juillet 1927. La Supérieure et son Assistante prennent alors le métro qui les amena « au bas d’une large rue calme, comme une rue de province avec des petites maisons basses mais proprettes, comme on en voit dans les faubourgs d’une bonne sous préfecture ». Elles passent devant l’église et au tournant d’une rue, Annette CHOBILLON les attend et les introduit chez Monsieur le Curé. Sans délai il les conduit au local qu’il propose pour accueillir des élèves sur des temps d’étude. En même temps qu’il fait visiter les lieux il insiste : « Mesdames les âmes vous attendent , ma paroisse est prête pour votre venue, on vous attend, les œuvres sont à point pour recevoir la parole divine. Mais je n’ai personne pour la leur donner » .

Ainsi un groupe de jeunes anciennes de la rue de Ponthieu commence des études surveillées pour les élèves des écoles du quartier.

Peu à peu le projet de créer une école primaire prend corps et fut soumis au Directeur diocésain de L’Enseignement Catholique. Celui-ci fit très bon accueil aux anciennes.

En octobre 1928, l’école ouvrit enfin ses portes avec une directrice « dont le zèle apostolique égalait les compétences ». Elle travaillait en lien étroit avec les Chanoinesses de Saint Augustin qui lui procuraient des professeurs et une aide financière.

Tout au long des années qui suivent les deux établissements scolaires de Paris : « Les oiseaux » rue Michel Ange et l’Institut Saint Pierre Fourier, rue de Prague ont toujours apporté leur soutien à l’école Notre Dame de Lourdes.

En 1962, la  Direction diocésaine fait appel aux chanoinesses,  pour qu’elles en prennent la responsabilité pédagogique et éducative. De 1962 à 1998, plusieurs sœurs se succèdent à la direction, d’autres assurent des présences éducatives ou des postes d’enseignement.

Dans les années 1960, de nouveaux locaux avaient été construits sur les sites de la Rue de Ménilmontant. Les remboursements des frais de construction à peine finis d’être réglés, il a fallu les abattre à cause d’un nouveau plan d’urbanisation. Une nouvelle école doit être construite au 16 rue Taclet. En attendant, pendant 2 années l’école a été installée au sous sol d’une tour d’immeuble nouvellement construite.

C’est en juin 1972, que l’école, rue Taclet peut enfin ouvrir ses portes.

 

Tout au long de ces années les effectifs ne cessent d’augmenter. C’est la raison de l’achat, dans les années 90,  de l’ancienne école à dessin du 15 rue Taclet qui peut accueillir  4 classes et un laboratoire.

 Aujourd’hui les chanoinesses ne sont plus présentes physiquement au sein de l’école. Elles ont toujours, cependant, une présence au sein du Conseil d’administration de l’Association propriétaire : APM (Association pour l’expansion de l’Education Populaire du Haut Ménilmontant).

 

L’école Notre de Lourdes, école de quartier, école paroissiale, école sous tutelle du diocèse. Son  histoire et son évolution se sont faites pendant plusieurs dizaines d’années grâce à l’apport matériel et à la présence des Sœurs de Notre Dame, elle continue dans ce dynamisme, répondant toujours aux propos émis lors de l’inauguration des nouveaux locaux au 16 rue Taclet  en juin 1972 :

«  C’est une école qui a été voulue et réalisée par les habitants du quartier, en collaboration avec les services publics, les Chanoinesses de Saint Augustin, l’Archevêché et les responsables de la promotion des Hauts de Belleville… L’école va au delà de la simple application d’un programme scolaire. Elle cherche par son instruction et son éducation à épanouir la personnalité de chaque enfant sur tous les plans »

Sœur Françoise DEBEAUPTE

Directrice de l’école primaire de 1987 à 1998